Vettel le mal aimé ?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Vettel le mal aimé ? - Page 3 Empty Re: Vettel le mal aimé ?

Message par Stig le Mer Avr 17, 2019 2:25 pm

Si on se fie aux propos de Christian Horner, il semble que seule Red Bull était sûre de faire 2 arrêts parmi les top-teams, Ferrari et Mercedes se laissant une marge de manœuvre en fonction des circonstances. Quand Verstappen a fait son 1er arrêt, ça a obligé Ferrari à se caler sur cette stratégie, et par ricochet, Mercedes en a fait autant. D'ailleurs chez Mercedes, c'est Bottas qui a fait le 1er arrêt alors qu'il était derrière Lewis, ce qui a fait se questionner Hamilton ensuite, vu que Bottas était ensuite revenu à moins de 2 secondes. On voit bien que personne n'était vraiment sûr de la bonne stratégie à adopter en Chine.

Pour en revenir au sujet du fil, je pense que Vettel a souffert d'avoir gagné trop "tôt". Donnant l'impression d'être facile. Ca, ça n'a jamais aidé personne à être populaire. En plus, comme il est allemand, ça faisait un Schumacher bis, et être comparé à une telle icône, c'est un combat perdu d'avance en ce qui concerne la popularité. C'est peut-être pour ça par exemple que le GP d'Allemagne ne fait plus recette, alors que dans le passé, il y avait Hockenheim et le Nurburgring dans la même saison. On venait voir gagner l'idole.
Il y a aussi le fait que dans ses 1ères années, Vettel avait la réputation d'être un pleurnichard, se plaignant souvent du comportement de ses adversaires. Ce n'était pas un bon communiquant, et des Alonso ou Mark Webber en ont bien profité. Alonso pour expliquer ses propres contre-performances n'a jamais hésité à descendre Vettel, tandis que Webber se l'est joué Calimero chez Red Bull. Cela a contribué à nuire à l'image de Vettel.
Il n'empêche qu'à ce jour il est le seul pilote à avoir fait gagner une Toro Rosso, et en 2009, c'était le seul adversaire des Brawn de Button et Barichello au championnat. Niveau compétitivité, il n'y a pas à se poser de questions sur son niveau.

Vettel ne donne pas l'image d'un conquérant non plus (à la manière de Schumacher par exemple), et son côté fébrile lui nuit beaucoup. En F3, il a commencé à se faire battre par son équipier Paul di Resta à partir du moment où il a su qu'il allait devenir pilote BMW. En 2014, après 4 titres consécutifs, je pense qu'on peut lui accorder qu'il n'avait plus le même niveau de motivation lorsqu'il a compris que sa Red Bull ne valait pas un 5ème titre. Ca n'enlève rien au mérite de Riccardo. Vettel a sans doute pensé que l'aventure Ferrari lui redonnerait de la sérénité. Mais Ferrari aujourd'hui, c'est beaucoup de lutte en interne, ce n'est pas évident pour s'y épanouir. En 2018, il a fait beaucoup d'erreurs incompréhensibles, mais quand tout est assemblé dans sa tête, il est redoutable. Et c'est sans doute ce que Binotto essaye de faire aujourd'hui. Rassurer Vettel.

Vettel a déjà montré qu'il était capable de faire de grandes choses, mais fait parfois des erreurs bizarres. Il n'y a pas si longtemps, Hamilton en faisait aussi, on mettait ça sur son mode de vie, alors qu'aujourd'hui il parait que c'est ce mode de vie qui fait sa force... Mercedes n'a couvé Hamilton que quand Rosberg a pris sa retraite, alors qu'avant Lewis prenait cher dans l'équipe, et en parallèle faisait aussi quelques petites erreurs stupides. Comme quoi, montrer que l'on fait confiance à son pilote peut aider celui-ci à se transcender, alors qu'à l'inverse...

Et puis il n'y a rien à dire sur Vettel en ce qui concerne sa vie privée. Hamilton fait beaucoup parler de lui hors F1, Leclerc a un capital sympathie énorme (l'histoire avec Bianchi, son père décédé l'année de son titre en GP2, sa modestie apparente, etc). Vettel en fait on ne le connait pas.

Tous ces facteurs combinés expliquent en partie le manque de reconnaissance qu'on a envers Vettel, mais dans le futur je pense qu'on se souviendra quand même de lui comme un très grand pilote.

Stig

Messages : 36
Points : 138
Date d'inscription : 23/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vettel le mal aimé ? - Page 3 Empty Re: Vettel le mal aimé ?

Message par Rollo Tomasi le Mer Avr 17, 2019 3:05 pm

Amen
Rollo Tomasi
Rollo Tomasi

Messages : 1623
Points : 4344
Date d'inscription : 09/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vettel le mal aimé ? - Page 3 Empty Re: Vettel le mal aimé ?

Message par Nico Karev le Jeu Mai 02, 2019 6:27 pm

Nanaki_enter a écrit: Faut pas oublier non plus que sur ses années de collaboration avec Kimi Raikkonen (pilote ô combien adulé), il l'a toujours nettement battu, et ça aussi on s'en souviendra dans 15 ou 20 ans quand on aura du recul.

Justement c'est beaucoup plus discutable. 

Vettel a "nettement battu" Kimi en 2015 (128pt d'écart) et 2017 (112pt d'écart) sans discussion possible mais c'est beaucoup moins le cas en 2016 (Raikkonen le bat en qualif et termine la saison avec moins de 30 points sur lui) et 2018 (Raikkonen abandonne par 4 fois sur de la malchance pure et simple, ça relativise grandement l'écart de 68 points sur Vettel qui est certes peu plus rapide mais bien plus brouillon) surtout que son coéquipier s'approche des 40 ans et qu'il n'a plus rien avoir avec le pilote des années Mclaren, après il y a toujours débat sur les raisons, Vettel est juste moyen en 2016 et 2018 qui flatte le Finlandais ou bien l'inverse Raikkonen très médiocre en 2015 et 2017 qui flatte Vettel ? Comment le savoir ? C'est comme Bottas qui rivalise avec Hamilton aujourd'hui après une fin de saison 2018 horrible, ça change très vite pour des petits détails (appréciation de la voiture, motivation, traitement dans l'équipe etc).

Personnellement j'estime Vettel dès 2008, le gars signe quand même des performances incroyables sous la pluie notamment sur des circuits comme Monaco, Belgique et Monza pas les plus faciles, en 2009 malgré des erreurs de jeunesses, de la malchance, c'est bien le seul qui offre un peu de suspense pour le titre de Button en terminant la saison pas si loin (pour 11pt avec l'ancien barème), en 2010 beaucoup zappe que Vettel prend la tête du championnat uniquement dans la dernière course de la saison donc "domination" bon  mrgreen 

En 2011, c'est le début du dénigrement car Vettel écrase trop la saison, que c'est le petit chouchou de Marko et Horner par rapport à Webber, bref exactement comme avec Schumacher. 

En 2012 Alonso joue le titre sans avoir la voiture la plus rapide c'est clairement le chouchou des médias et de la plupart des fans, puis Vettel va faire un come back spectaculaire dans la course au titre (Webber est devant lui au classement vers la mi-saison, beaucoup le zappe ça aussi !), la rage va reprendre de plus belle, je me souviens encore des réactions lorsqu'il gagne le titre, il y a pas vraiment d'enthousiasme, comme un gagnant sans mérite, alors qu'il n'a pas eu une saison facile. 

La deuxième partie de saison 2013 n'arrange rien car c'est rare d'avoir eu un pilote aussi imbattable, c'est justement ici que je respecte le plus Vettel, sérieux sa course de Singapour en roulant parfois littéralement 2,5s au tour plus vite que les autres, c'est juste époustouflant la maîtrise de Vettel dans cette voiture, Webber termine la saison avec quasi 200 points quand même, c'est pas rien, je suis pas sûr que Alonso fait mieux que lui. 

2014 va remettre en cause son talent mais en 2015-2017 il va avoir une côte d'amour comme il n'a jamais eu dans sa carrière, car c'est bien le seul adversaire sérieux des pilotes Mercedes, hormis sur 2-3 courses brouillonnes, c'est difficile de remettre en cause son niveau sur la piste. 

Mais il y a quelque chose qui cloche depuis mi-2018, même chez les fans de Ferrari, une sorte d'agacement, Vettel est toujours rapide mais il n'a clairement pas le mental pour battre Hamilton, pour moi Vettel a perdu de sa superbe ici, sa grande force chez RB c'est pas sa rapidité mais son mental, le gars lâche rien, même quand la pression est au maximum, un battant incroyable, sa course du Brésil 2012 sérieusement, de la pure bravoure, il s'excite pas, garde son calme, attaque tour après tour, sans aucune erreur de pilotage malgré les conditions difficiles, maintenant il craque facilement sous la pression, je comprends pas pourquoi. J'y crois plus au Vettel champion du monde Ferrari surtout que Leclerc est clairement le futur de l'écurie maintenant, Vettel évoque déjà une probable retraite, moi j'espère qu'il va finir sa carrière sur un nouveau défi.

_________________
Fan de la Scuderia Ferrari.
Nico Karev
Nico Karev

Messages : 2986
Points : 11020
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vettel le mal aimé ? - Page 3 Empty Re: Vettel le mal aimé ?

Message par JM 30 le Dim Aoû 18, 2019 7:20 pm

Ce qui fait apprécier les qualités d'un pilote, c'est lorsqu'elles sont poussées à l'extrême par un adversaire, lui même poussé dans ses retranchements. Un Vettel tout seul chez Red Bull car chouchouté, ou face à un Raikkonen plus à l'aise dans un rôle d'outsider que de leader dans une équipe favorite, ça n'est pas idéal pour être mis en valeur. Par contre, face à un Hamilton, leurs duels en piste les a mis en lumière, et dans quelques années, on s'en souviendra sans doute (je suis cela dit dubitatif qu'au plus haut sommet de leurs bagarres, la F1 et les médias ne l'ont pas mis vraiment en valeur, alors que la différence de caractère, la représentation d'équipe prestigieuse et leurs actions auraient pu mobiliser du public au delà de la F1).

Le souci de cette opposition à Hamilton, c'est que l'anglais a pris un dessus que l'on peut situer à Bakou 2017. Le jour ou Hamilton a tendu un piège fourbe à l'allemand... et que sur les réseaux sociaux, la condamnation fut plus forte pour l'autojustice de Vettel que sur la manœuvre d'Hamilton, considérée comme tout à fait normale. Or, Vettel parait être quelqu'un de très à cheval sur les principes de droitures (sauf chez Red Bull face à Webber, mais il était plus jeune...) et je ne serais pas surpris que cette "condamnation sociale" l'ait marqué. De même que sa sortie à Hockenheim en 2018, ou étrangement, on a vu aux caméras du réalisateur une foule presque contente de cet incident, chez lui dans son pays. Vettel voit sans doute que le "branché" Hamilton rallie les supporters à sa cause, tandis que lui et ses valeurs plus traditionnelles (absence des réseaux sociaux, famille protégée, refus de la formule électrique) font bien moins recette. C'est d'ailleurs étrange: il est reproché à Vettel un coté trop "lisse", or de nos jours, avoir ce type de posture traditionnelle, et ne pas avoir peur de le dire, paradoxalement, c'est être rebelle... en ce sens, je suis plus proche d'un Vettel que d'un Hamilton... Et Liberty Média n'a pas forcément intérêt à voir un pilote peu rassembleur gagner, la FIA non plus à voir triompher un pilote pourfendeur de sa "chère" formule e...

Avec ce que c'est devenu, le duel Vettel/Hamilton me rappelle Armstrong/Ullrich en cyclisme. Hamilton, comme Armstrong, se met à dominer, et on espère qu'une gloire qui a éclot très tôt (Ullrich comme Vettel), puisse le challenger à un moment donné. Puis lorsque c'est le cas, on fini par voir que l'un est plus fort que l'autre.

Le coup du Canada, et l'attitude de Vettel après la course est un autre coup symbolique sans doute aussi pour lui. Et après cet épisode, on voit qu'il a du mal face à Leclerc. Le challenger d'Hamilton devient plus Verstappen que Vettel, les choses changent. Le feu sacré semble quelque peu éteint, et demande d'être ranimé. Peut-être est-il temps pour Vettel de retrouver une catégorie plus proche de ses valeurs personnelles. Pourquoi pas l'Indycar, même si la loterie du système des pace-car n'est pas le point le plus attractif.

Le souci, c'est que comme Nelson Piquet, ceci risque de laisser l'image d'un pilote au palmarès respectable, mais avec quelque chose de manquant par rapport aux principaux autres champions.
JM 30
JM 30

Messages : 795
Points : 2456
Date d'inscription : 12/06/2015
Localisation : gard

Voir le profil de l'utilisateur http://jmo-com.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Vettel le mal aimé ? - Page 3 Empty Re: Vettel le mal aimé ?

Message par Hangar18 le Lun Aoû 19, 2019 12:41 pm

JM 30 a écrit:

Le souci de cette opposition à Hamilton, c'est que l'anglais a pris un dessus que l'on peut situer à Bakou 2017. Le jour ou Hamilton a tendu un piège fourbe à l'allemand... et que sur les réseaux sociaux, la condamnation fut plus forte pour l'autojustice de Vettel que sur la manœuvre d'Hamilton, considérée comme tout à fait normale. Or, Vettel parait être quelqu'un de très à cheval sur les principes de droitures (sauf chez Red Bull face à Webber, mais il était plus jeune...) et je ne serais pas surpris que cette "condamnation sociale" l'ait marqué.

C'est plutôt l'inverse qui s'est produit je trouve. Hamilton n'a rien fait de mal ce jour-là, la télémétrie a démontré qu'il avait géré le deuxième restart exactement comme le premier et qu'il n'y a eu aucun "brake test", contrairement à ce que Vettel a prétendu pendant et après la course. Et malgré les "preuves" qui dédouanent Hamilton, c'est de loin celui qui s'est pris le plus gros déferlement de bashing sur les réseaux sociaux de tous ceux qui continuaient de penser qu'il avait fait un brake test. La preuve, tu parles de "piège fourbe" pour un restart tout ce qu'il y a de plus normal.

D'ailleurs, quand Vettel avait vu les données télémétriques, il avait appelé Hamilton pour s'excuser et ce dernier lui avait demandé de dire publiquement qu'il n'y avait pas eu de "brake test" pour calmer le bashing dont il était victime sur les réseaux sociaux.

Hamilton a plus de supporters que Vettel, mais aussi beaucoup plus de haters. Faut pas enlever une donnée essentielle dans l'équation : les performances sportives. Je serais curieux de voir le déferlement de haine dont Hamilton serait victime s'il faisait des saisons comme les saisons 2014, 2016 ou 2018 de Vettel...

Quelqu'un se souvient de l'affiche de Hamilton que des supporters de Ferrari avaient fait à Hockenheim 2018 ? Le montage où on le voit en gamin qui pleure ? Tout ça parce qu'il avait critiqué l'accrochage avec Kimi à Silverstone. Il avait très bien réagi : il avait récupéré l'image sur son Instagram en disant que ça ressemblait à son frère quand il était petit. Le lendemain il gagne la course en partant 14ème. C'est la meilleure réponse à apporter aux critiques.

Après la pénalité de Montréal 2019, Vettel a été soutenu par quasiment toute la communauté F1, Hamilton s'est fait huer sur le podium, tout le monde a dit que la FIA était à la botte de Mercedes etc. Là encore, Hamilton qui est irréprochable sportivement se prend plus de bashing que Vettel.

J'ai pas du tout la même lecture que toi, je trouve au contraire que Vettel est humainement beaucoup plus apprécié par la communauté F1.

Hangar18

Messages : 2451
Points : 8455
Date d'inscription : 24/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vettel le mal aimé ? - Page 3 Empty Re: Vettel le mal aimé ?

Message par JM 30 le Lun Aoû 19, 2019 7:07 pm

Je parlais de "fourberie" de la part d'Hamilton à Bakou justement par le fait qu'il n'avait en effet pas fait de break test, ce qui se serait vu à la télémétrie, mais j'ai toujours été choqué par cette Mercedes qui n'accélère pas là ou elle aurait du le faire. Façon Jason Plato en BTCC lorsqu'il est plus subtil.

Le même Hamilton qui signale la faute et le "tassage" de Vettel au Canada à sa radio... avant de préférer aller dans le sens d'un public choqué sur le podium. Le bashing n'est pas illogique.

Oui Hamilton est un personnage plus clivant que Vettel, même si les emportements de ce dernier créent le buzz par moment aussi. En effet, comme Schumacher, si un jour l'anglais devait être en difficulté, sans doute payera t-il après-coup quelques excentricités, mais sans doute pas des coups fourrés en piste, dont contrairement à l'allemand, il est bien moins coutumier (mais Hamilton se retirera sans nul doute avant de faire de la figuration). Du coup, en cas de litige entre les 2, les chauds supporters de l'anglais peuvent êtres plus visibles que les sympathisants de l'allemand. Et les contradicteurs aussi...
JM 30
JM 30

Messages : 795
Points : 2456
Date d'inscription : 12/06/2015
Localisation : gard

Voir le profil de l'utilisateur http://jmo-com.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Vettel le mal aimé ? - Page 3 Empty Re: Vettel le mal aimé ?

Message par JM 30 le Mer Aoû 21, 2019 5:21 pm

Nico Karev a écrit: en 2010 beaucoup zappe que Vettel prend la tête du championnat uniquement dans la dernière course de la saison donc "domination" bon  mrgreen 

La saison 2010 avait été splendide, avec plusieurs candidats au titre, Alonso et Vettel se détachant pour le dernier GP (mais d'autres avaient leurs chances, dont Webber). Beaucoup avaient été ravis qu'Alonso ne gagne pas: il était encore marqué par l'affaire du "spingate", dans lequel beaucoup de supporters de la F1 soupçonnent qu'il n'était pas si innocent. Du coup, personne n'avait relevé que le titre de Vettel motorisé par Renault avait été aidé par Petrov pilote Renault, sans cela dit qu'il n'y ait le moindre soupçon de collusion. Certes jamais Alonso ne fut en mesure de le menacer, mais c'est aussi l'une des rares fois en F1 ou lors d'une finale, il n'y a pas application d'une règle non écrite selon laquelle les pilotes qui ne jouent rien n'interfèrent pas dans une bataille pour le titre (souvenons-nous de la remontée "facile" de Schumacher au Japon 98... jusqu'à ce qu'il tombe sur son "ami" Hill). On dirait donc que c'est plus un soulagement de ne pas voir Alonso titré que de voir Vettel triompher.

Vettel qui en 2010 avait réalisé une saison inégale, avec pas mal d'erreurs (Spa notamment, course après laquelle plusieurs observateurs recommandaient à Red Bull de se centrer sur Webber). On les pensaient de jeunesse, mais finalement, lorsqu'il est dans le peloton, il en fait encore du même genre.
JM 30
JM 30

Messages : 795
Points : 2456
Date d'inscription : 12/06/2015
Localisation : gard

Voir le profil de l'utilisateur http://jmo-com.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Vettel le mal aimé ? - Page 3 Empty Re: Vettel le mal aimé ?

Message par schumi0203 le Mer Aoû 21, 2019 7:37 pm

Evidemment que c'était un soulagement. Vettel(l'association avec RBR) était clairement le plus fort de la saison (cf les qualifs..), mais il avait bien merdé aussi (erreurs de jeunesse, qui s'avèrent aujourd'hui ne pas forcément être lié à son âge finalement). Et je suis d'accord qu'avec l'affaire Singapour, personnellement je tiens (et tenais) Alonso pour co-responsable (c'est aussi beaucoup plus clair, après son passage très "politique" chez Mclaren) et ça m'a fait un bien fou de le voir perdre et de le voir assis, bien dégouté, et se demandant encore comment ce titre a pu lui filer entre les mains/doigts après la course.

Quant a Alonso-Petrov, le problème d'Alonso c'est qu'il n'a même pas tenté de dépasser Petrov. S'il n'essaie pas, Petrov ne peut pas appliquer la "règle non écrite".

_________________
Vettel le mal aimé ? - Page 3 Signrb
schumi0203
schumi0203

Messages : 6015
Points : 15918
Date d'inscription : 24/11/2009
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum